Our Next Adventure


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez  | 
 

 Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Geileis d'Amboise
+ Alis' Head.
avatar

Messages : 25
Âge du personnage : 39
Localisation actuelle : Alfheim.
Profession : Guide des Marais de Jörd.
Ville d'origine : Alfheim.

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Jeu 24 Déc - 13:16


    d'AMBOISE
    Geileis


« Un jour, je serai.. »
.


    date de naissance — 13 Mars 1978.
    âge — 31 ans.
    lieu de naissance — Alfheim.
    sexe — Féminin.
    état civil — Célibataire.
    groupe — Alis.
    rang spécial — Créatrice de l'Organisation.


« C'est notre histoire. »
.


    - Ce n'est pas bien.

    Le souffle court, la petite fille arqua ses lèvres en un sourire contrit, s'inclinant devant sa grande sœur en guise d'excuse tandis que Geileis, fatiguée, se passait une main sur le front. Alis venait d'avoir cinq ans, et découvrait qu'elle pouvait régir sa vie à sa guise, que ce soit pour voler une sucette ou partir à travers les bois pour gambader au milieu des pokémons sauvages, ce qui lui avait toujours été interdit. Depuis sa naissance, Alis souffrait d'une maladie incurable, qui s'attaquait à son système cardiaque, le grignotant un peu mieux au fil des jours et, impuissante, son aînée l'observait pâlir, vomir, maigrir, et parfois les trois en même temps. Les deux filles avaient toujours été très proches ; peut-être parce que, quelque part, elles se doutaient que ça ne durerait pas longtemps, et Geileis avait une conception aiguë de la famille. Son père, éleveur sollicité par les scientifiques pour sa connaissance parfaite des marais de Jörd, n'était pas très souvent à la maison, aussi s'efforçait-elle de faire figure d'autorité devant cette gamine un peu trop couvée par une mère qui lui accordait beaucoup. Mais à neuf ans, Geileis était trop jeune pour véritablement comprendre le rôle qu'elle s'imposait. Lasse, elle prit la main de sa cadette et l'entraîna bon gré mal gré en direction du domaine familial, perdu parmi d'autres maisons arboricoles. Coup du sort que d'engendrer un enfant malade dans une ville où les efforts physiques à fournir semblaient inévitables. Geileis, là encore, endossait tout, au sens propre comme au figuré, et devait bien souvent accompagner sa sœur à l'école, à la clinique, et essuyer ses caprices qui lui dictaient de l'emmener là où elle le désirait. Et Geileis, ennuyée mais concernée, lui obéissait, parce qu'elle savait qu'elle était la seule à pouvoir lui faire voir autre chose que sa chambre immaculée. Pourtant, parfois, Geileis venait à haïr Alis. Elle lui en voulait terriblement de la priver de sa propre enfance en lui infligeant des corvées qu'elle était incapable d'effectuer correctement.

    - Je ne suis pas ta mère !

    Souvent, lorsqu'elle arrivait à se débarrasser de sa petite sœur, Geileis s'installait devant la télévision commune de leur petite famille pour regarder ses émissions préférées ; bien souvent, elles parlaient de rangers dont le but suprême était de combattre la Ligue des Quatre après avoir vaincu tous les champions d'Ymir. Encore jeune, Geileis s'imaginait à leur place, et se rêvait des aventures qu'elle ne pourrait jamais avoir. Elle le savait, parce qu'à sept ans, elle avait oser demander à ses parents l'autorisation d'aller étudier à l'Académie Pokémon dans le but de devenir une grande dresseuse. Tout comme ses héros, elle voulait représenter la justice, l'amour et l'amitié, aider les gens et prouver sa valeur au Monde entier. Peut-être qu'elle n'irait pas jusqu'à combattre les plus grands dresseurs du continent, peut-être même qu'elle resterait accrochée à la région de Westri, mais sa vie semblerait plus passionnante, plus utile.. Plus égoïste, aussi, mais Geileis était trop jeune pour véritablement s'en rendre compte. Alis ne lui laissait néanmoins pas le temps de s'égarer un peu trop loin et revenait lui tirer la manche pour réclamer son attention trop éphémère, tout comme ses parents avaient achevé ses espoirs dans l'œuf lorsqu'ils lui avaient répondu qu'il en était hors de question. Pas parce que c'était loin, pas parce qu'ils voulaient mieux pour elle, pas parce qu'ils s'imaginaient qu'elle était trop jeune, juste parce qu'ils avaient besoin d'elle pour s'occuper d'Alis. Geileis crut devenir folle de rage, ce jour-là ; c'était si cruel ! Elle n'avait pas demandé à venir au Monde pour passer son enfance à s'occuper d'une gamine qui n'était pas la sienne. La main de sa mère répondit à son affront en un claquement sec, et il fit écho à celui de la porte de la chambre de l'aînée qui ne resta pas longtemps hermétiquement close. Alis n'était jamais loin, et vint remuer le couteau dans la plaie en lui demandant de venir avec elle visiter les marais. Et si Geileis accepta, c'était uniquement en nourrissant l'espoir que, peut-être, au détour d'un marécage, elle pourrait la noyer sans que personne ne s'en rende compte.

    - Cesse de faire le pitre.

    Lorsque Alis lui fit part de son envie de partir visiter le Monde, Geileis ne put s'empêcher d'être surprise. Alis, âgée de neuf ans, était au plus bas ; plus pâle que jamais, elle se déplaçait bien souvent en fauteuil tant ses jambes ne supportait plus le poids de son corps, pourtant incroyablement frêle. Douce et généreuse, la petite fille semblait avoir maîtrisé son hyperactivité avec le temps, et était devenue plus sage, plus obéissante. Geileis, elle, commençait à affirmer un caractère relativement fort, merci à l'adolescence. Elle n'était pas spécialement intellectuelle, et de ce fait rapportait bien souvent des notes médiocres de l'école. Cependant, ses mains, bien que féminines, parvenaient à faire des miracles, et la saleté ne les répugnait pas. La plupart des jouets de ses frères et sœurs - en plus d'Alis, elle possédait un petit frère de sept ans son cadet, Yvain - étaient des produits qu'elle avait fabriqués elle-même à partir de ce qu'elle trouvait, que ce soit dans la nature ou dans les casses où elle récoltait les morceaux éparpillés d'ordinateurs, de télévisions et même de pokédex usagés et hors de service. Elle avait rapidement tourné la page quant à son envie de devenir dresseuse ; ses lubies de jeunesse s'étaient évaporés en même temps que la santé de sa cadette, et sa maturité balayait ses pensées autrefois macabres et jalouses. Terminant de débarrasser la table, Geileis, un sourire aux lèvres (elle avait rapidement appris qu'un sourire bien placé empêchait les gens de chercher trop loin ou de se poser des questions trop insistantes), lui demanda pourquoi, et Alis, résignée, lui avoua qu'elle avait toujours espéré voir le Monde avant de mourir. Elle rajouta qu'elle allait partir bientôt, alors qu'il fallait qu'elle se dépêche de réaliser son rêve. Le sourire de l'aînée s'évapora rapidement, et après un silence, Geileis hocha la tête. Alis et elle possédaient plusieurs points communs, dont celui d'être raisonnables et lucides. La brune ne pouvait réprimander sa petite sœur pour la simple et bonne raison qu'elle savait qu'elle avait raison. Lui répliquer que c'était faux ne changerait rien.

    - Reste calme, gesticuler n'est pas bon pour toi.

    Le voyage autour du Monde improvisé dura plusieurs mois, et ne connut jamais de fin. Accompagnées par leur père, ils prirent le ferry jusque Aflheim pour rentrer lorsque leur mère les appela en urgence. Le médecin d'Alis venait de la contacter. Ils avaient trouvés un traitement. Bien sûr, ils ne promettaient pas des miracles, mais un éventuel rétablissement. C'était mieux que rien, et de toute façon c'est tout ce qu'ils avaient. Geileis était heureuse ; Alis, elle, paraissait un peu déçue. Souriante, son aînée la rassura. Une fois qu'elle irait mieux, ils reprendraient le voyage et ferait en sorte de voir tout ce qu'ils avaient loupé cette fois-ci. Alis lui sourit, mais quelque part au fond de ses yeux fatigués, Geileis crut y voir de la désillusion. Hochant la tête pour se sortir ce détail de la tête, elle se redressa et patienta jusqu'au prochain port, le sourire aux lèvres. Le traitement était lourd, et clouait Alis au lit pour des semaines durant lorsqu'elle le supportait bien. Celui-ci était une sorte de préliminaire à l'opération qu'elle allait subir à Midgard, capitale qu'ils n'avaient pas encore eu le temps de visiter lors de leur périple. Pour lui remonter le moral, Geileis lui fit remarquer qu'ils allaient pouvoir la visiter, cette fois-ci. Yvain, qui était un gosse plutôt solitaire, vint même lui assurer qu'il viendrait avec elles. Le jour fatidique arriva plus vite que prévu, d'ailleurs, et la famille entière se déplaça jusqu'à Midgard. Là-bas, ils passèrent plusieurs jours à l'hôtel tandis qu'Alis passait son temps à l'hôpital, parfois autorisée à sortir pour voir les siens. Geileis s'en souvient particulièrement bien, car c'est durant l'une d'entre elles qu'ils rencontrèrent Jansson junior, ce qui deviendrait le champion le plus redoutable d'Ymir. Alis et lui se lièrent d'amitié, et ces derniers sourires lui furent adressés. Longtemps, Geileis le jalousa pour avoir obtenu ce privilège. Et plus encore, elle lui en voulut d'être la progéniture de celui qui faillit à la tâche de sauver sa sœur.

    - Sois forte, d'accord ?

    Les pardons de la part de Donal Jansson ne changèrent rien à sa douleur. Immobile au milieu des siens, Geileis se contenta d'arquer ses lèvres avec difficulté, déglutissant des nausées qui la tiraillèrent des jours durant. L'image de sa cadette s'imposa avec obstination à son esprit, et Geileis crut mourir de désespoir. Plus que tout autre chose, c'était à Alis qu'elle avait consacré sa vie, endossant le rôle de mère, d'éducatrice, de grande sœur, de protectrice, de proche. Elles étaient devenues fusionnelles, et désormais, l'adolescente se sentait comme privée d'une partie d'elle-même. Et Dieu que la souffrance était lancinante. Lorsque le ferry la ramena chez elle, elle n'eut que l'eau pour hurler sa peine et ses remords. Celle-ci, placide, ne lui répondit pas. Personne ne lui répondit jamais. La vie de famille des d'Amboise, déjà bancale, se dégrada de manière singulière et quasiment immédiate ; Yvain, taciturne, se renferma davantage et devint individualiste, se rebellant contre toutes formes d'autorité et surtout celle de ses parents. Ceux-ci entraient régulièrement en crise, et son père, déjà absent, le devint encore davantage, tandis que sa mère se perdit dans un mutisme qui l'enferma dans un cercle vicieux. Personne ne fut là pour supporter la jeune fille qui, en désespoir de cause, se renferma dans sa passion : le bricolage intempestif. Elle aurait pu devenir dépressive, mais était trop forte pour oublier sa douleur de manière aussi aisée ; elle perdit une vingtaine de kilos mais resta debout, fière et décidée à vivre à la place de sa cadette. Elle qui avait toujours été très famille, elle dut se résoudre à l'abandonner derrière elle, et passa de plus en plus de temps en dehors de chez elle. Un instant, elle s'égara dans le Monde obscur de Robbie, son voisin, ami et dealer officiel, mais celui-ci l'interrompit à temps et la priva d'un plaisir éphémère auquel elle ne s'était pas accroché assez longtemps pour ne plus pouvoir s'en passer. Il lui fit découvrir un second univers, celui des combats ; fils de champion et indéniablement doué, il était certainement destiné à en devenir un lui-même. Il fut capable de lui faire oublier un instant la tragédie qu'elle avait traversé. Cette illusion dura quelques jours, tout au plus. Déjà, sa versatilité la portait vers d'autres horizons.

    - Je me sens incroyablement seule..

    Lorsque, âgée de quinze ans, elle décida de claquer la porte pour partir à Midgard, personne ne la retint. Elle préféra la CC au ferry, trop chargé en souvenir, et s'enfuit, son sac sur le dos et un unique pokémon à la ceinture. Un Mimitoss qu'elle avait volé à son père qui, spécialisé dans les pokémons insectes, en possédait un trop grand nombre pour même remarquer son larcin. Quand bien même cela avait été le cas, il ne lui en dit jamais rien. Mimitoss lui fut utile dans le sens où sa vue acérée cultivait sa clandestinité temporaire ; durant plusieurs jours, Geileis se débrouilla seule dans la rue, et alla même jusqu'à se présenter jusqu'au Manoir Jansson dans l'idée de dire ses quatre vérités au paternel. Elle avait besoin de se défouler, de trouver un coupable ; le célèbre chirurgien faisait figure de victime toute trouvée. Malheureusement pour elle, l'apparence qu'elle offrait après des heures d'errances ne lui permit pas de passer le portail, et si elle hurla un instant contre le portier, elle n'insista pas pour repartir comme elle était venue, abandonnant son idée bancale pour reprendre sa vie là où elle l'avait laissé. Cultiver sa propre déchéance en ayant la vaine impression de se débattre. Elle aurait très certainement rapidement coulé si elle n'avait pas entendu parler d'évolumen. Totalement par hasard, au détour d'un sandwich acheté au rabais dans un café. Les deux hommes, scientifiques - ils étaient nombreux à venir se restaurer dans l'établissement situé aux abords du quartier de recherche - parlaient de la nouvelle ball qu'ils avaient mis au point pour diminuer les pertes qu'ils essuyaient à chaque récolte. Geileis n'en avait jamais entendu ce mot auparavant, et aurait pu mettre ça sur le compte de son manque de culture ; de toute façon, les scientifiques de Midgard étaient réputés pour être d'excellents chercheurs et par-là même des causeurs de charabias incompréhensibles pour la pauvre mortelle qu'elle était. Néanmoins, son instinct plus développé que jamais l'incita à se renseigner. Et c'est ce qu'elle fit. Geileis n'avait plus rien auquel se raccrocher ; cette vaste mascarade était une tentative désespérée pour retrouver un sens à son existence. Ironie cosmique, elle réussit du premier coup. L'évolumen devint sa nouvelle obsession.

    - Comment peut-on laisser des gens comme ma sœur souffrir quand on a les cartes en main pour les sauver ?

    Geileis n'était pas une intellectuelle. Mais la Nature lui avait offert des mains habiles, et elle atteignait à peine la majorité lorsque sa première machine vit le jour. Ce fut un véritable échec, évidemment. Il ne fallait pas se leurrer ; elle savait très bien qu'elle allait devoir s'obstiner, encore et encore, pour parvenir à quelque chose. Retournée chez ses parents, elle postula auprès de la Mairie d'Alfheim pour obtenir un poste de guide. Ceux-ci manquaient à l'appel ces derniers temps, merci à une épidémie de gastro entérite. Plutôt calée sur les marais de Jörd, elle obtint le poste, et put participer à la vie active de sa famille disloquée sans avoir à souffrir de reproches. Acharnée, Geileis consacra les restes de son adolescence dépouillée à mettre au point ce que les autres n'hésiteraient sûrement pas à appeler une hérésie. Elle partit dans des schémas compliqués qu'elle ne comprenait parfois pas elle-même, puis s'intéressa après un temps relativement long à l'infiniment petit. Sa vie n'existait que pour son projet, et sa conscience se faisait grignoter de part en part par la voix suppliante d'Alis, qu'elle n'avait pas oublié et qu'elle n'oublierait jamais. Embauchée à temps plein par son conseil municipal, elle se subventionnait elle-même et traînait souvent à la casse, allant parfois jusqu'à faire du porte à porte pour récolter les technologies inutiles des foyers charitables. Et puis, un jour, elle y parvint. Elle mit au point la plus incroyable de ses inventions. Elle avait vingt et un ans, et était bien décidée à mettre ses profits en avant. Coup du sort, son père décéda le lendemain. Geileis encaissa la nouvelle, et rongea son frein en endossant pour la seconde fois la figure d'autorité de la maison. Seule source de revenue du domaine, l'évolumen se rangea dans son tiroir et patienta qu'elle le ressorte beaucoup plus tard, lorsque Yvain fut capable de s'assumer et que sa mère garde la part de ses fonds pour elle-même. Elle avait vingt-quatre ans.

    - Je n'avais aucune volonté. Je n'ai rien gaspillé. Je ne regrette rien.

    Le reste ne fut qu'un enchaînement hasardeux et parfois surprenants qu'elle laissa s'exécuter silencieusement, saisissant des occasions pour en laisser couler d'autre. Alis se créa naturellement, lorsqu'elle se rendit compte qu'elle ne pourrait jamais se débrouiller seule. C'est ainsi qu'elle rencontra Justin, qui devint rapidement son bras droit et auprès duquel elle apprit à maîtriser des émotions qu'elle n'avait plus ressenti depuis longtemps, comme l'agacement, la colère, la gêne ou la flatterie. Sa philosophie sur le sourire s'appliquait toujours, et bien souvent, elle apparaissait comme impénétrable aux gens qui la côtoyaient. Elle ne voulait faire de mal à personne ; au contraire, elle mettait à profit une énergie qui pouvait servir à bien plus humain que la puissance des pokémons. À ce propos, elle monta une équipe de pokémons insectes, saluant la mémoire de son géniteur désormais décédé et s'accommodant ainsi une certaine sécurité qu'elle se devait d'avoir à un poste tel que le sien. On ne savait jamais, après tout. Souvent, elle lit la presse et sourit, désabusée, en suivant les frasques d'un certain Gwenc'hlan Jansson. Le fait que ce fils de bourge devienne aussi important ne la surprit qu'à moitié ; ce qui lui plaisait moins, c'est qu'il salisse le souvenir de l'enfant innocent qu'elle avait de lui, courant aux côtés de sa sœur avec une légèreté qu'il n'avait désormais que luxurieuse. Elle-même, à trente ans, n'avait jamais connu personne dans sa vie ; vieille fille, elle ne s'était jamais intéressée à la gent masculine et n'en ressentait pas le besoin. Terminant bien souvent rouge pivoine et fuyant la confrontation lorsqu'un homme l'aborde, Geileis préfère de loin ses créations dont elle prend soin dans une maisonnette à Alfheim, à quelques mètres de là où vit sa mère. Celle-ci étant désormais atteinte d'Alzheimer, et Yvain ayant disparu de la circulation sans donner autres nouvelles qu'une carte postal à Noël, Geileis s'occupe régulièrement d'elle, en particulier le Dimanche où elles s'organisent un repas entre filles. Souvent, Geileis arrive en retard ; toujours, sa mère ne lui en porte pas rigueur puisque ne la reconnait pas. Et lorsque Geileis enfouit son visage dans ses mains pour pleurer, appuyée contre la table qui avait vu Alis grandir, sa génitrice s'absente un instant dans la cuisine chercher un mouchoir pour revenir les mains vides et la regarder, à la fois surprise et contrit. "J'ai encore trop épicé, c'est ça ?"

    - Bien, mère, pitre, calme, forte, seule, souffrir.. Rien.


« Le dernier des combats ! »
.


    pseudo — Sucre.
    âge — 19 ans.
    comment êtes-vous tombés sur ONA ? — J'ai des relations.
    éventuels commentaires ? — Hamutaro ~
    autres détails ? — Je suis une girouette, alors pardon d'avance si je suis absente plusieurs jours sans prévenir. (:


Dernière édition par Geileis d'Amboise le Dim 27 Déc - 0:47, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prudence Sambre
+ Future Master of the Universe.
avatar

Messages : 93
Âge du personnage : 30
Localisation actuelle : Valhol - Bourgades
Profession : Ranger - Sur le terrain pour les scientifiques
Ville d'origine : Loki

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Jeu 24 Déc - 14:00

Geileis <3
Rah t'écris bien, j'suis jalouse ! Et j'ai hâte de lire la suite !

_________________
Of course I won ! At least make it challenging !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heralia.deviantart.com
Gwenc'hlan Jansson
+ Elite Four - First for you babe.
avatar

Messages : 68
Âge du personnage : 35
Localisation actuelle : Midgard.
Profession : 1st du Conseil des Quatre.
Ville d'origine : Vanaheim.

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Jeu 24 Déc - 15:43

Ahhh, Geileis..

_________________
    « Bonjouuuur je voudrais 17 boîtes de préservatifs s'il vous plait ! .. Heeey Geileis salut, tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Geileis d'Amboise
+ Alis' Head.
avatar

Messages : 25
Âge du personnage : 39
Localisation actuelle : Alfheim.
Profession : Guide des Marais de Jörd.
Ville d'origine : Alfheim.

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Dim 27 Déc - 0:45

Youhou, j'ai enfin terminé ! Gêne Merci pour ces compliments (je prends ça comme tel Gwen x) ! Anya ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyrd
+ Omniscience.
avatar

Messages : 41

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Dim 27 Déc - 0:55

Comment refuser une telle fiche en sachant que notre chère Geileis a déjà assez souffert dans sa vie ?
Bien entendu validée ! Et fais attention à toi, tes détracteurs sont nombreux..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://our-next-adventure.forumactif.us
Justin Ienzo
+ Alis' Right Arm.
avatar

Messages : 26
Âge du personnage : 31
Localisation actuelle : Midgard - Place centrale
Profession : Mascotte aux Marais de Jörd
Ville d'origine : Muspellheim

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Dim 27 Déc - 2:02

Justin Ienzo aime ça *thumb up*

Mais tu m'as toute émue sis, j'adore définitivement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gwenc'hlan Jansson
+ Elite Four - First for you babe.
avatar

Messages : 68
Âge du personnage : 35
Localisation actuelle : Midgard.
Profession : 1st du Conseil des Quatre.
Ville d'origine : Vanaheim.

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Dim 27 Déc - 2:07

Oh que oui c'était un compliment, c'est juste parfait tout ça.

_________________
    « Bonjouuuur je voudrais 17 boîtes de préservatifs s'il vous plait ! .. Heeey Geileis salut, tu vas bien ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luciole Famel
+ Pokemon Academy.
avatar

Messages : 23
Âge du personnage : 22
Localisation actuelle : Midgard
Profession : Dresseuse
Ville d'origine : Niflheim

Sac à dos
Compagnons de route:

MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   Dim 27 Déc - 18:04

Pauvre Geileis... elle en voit de toutes les couleurs, même si dans un certain sens, Alzheimer est le pire... Mais toujours aussi bien écrit *o*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Geileis d'Amboise - 31 ans - Alis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Our Next Adventure :: .: I Wanna Be The Very Best :: » Chrono Ball :: × Capsule temporelle. -